Partage Noir

Accueil > France > Georges Yvetot (1868-1942) > Georges Yvetot (1868-1942) [10]


Le Procès Yvetot-Marck aux Assises

Nantes, 12, 13, 14 et 15 Juin 1907



Georges Yvetot (1868-1942) [10]

Par Flax

Domaine public

Vint ensuite cette fameuse affiche rouge, à propos de laquelle l’auteur de ces lignes fut bêtement calomnié. On l’accusa d’avoir rédigé sournoisement cette affiche et d’avoir refusé ensuite de la signer. Nous reviendrons, à l’occasion, sur cette affaire. Pour l’instant, notons simplement qu’Yvetot, l’un des rédacteurs, fut mieux favorisé que ses camarades. Il en eut pour 3 ans.

Sa dernière condamnation date de 1907. Poursuivi avec Marck, on lui octroya libéralement quatre années de prison.

On le voit, Yvetot a déjà mis au service de sa cause, quelques années de liberté. Quand nous aurons dit que cet infatigable propagandiste est déjà prêt à reprendre son existence de militant et qu’il va continuer à lutter par la plume et par la parole, nous aurons fini de le peindre.

Dans la vie, Yvetot est un modeste, un simple, presque un timide. Mais il faut le voir, dans une réunion publique, au milieu des travailleurs. Son audace ne connaît pas de bornes. Pendant des heures, il tient la tribune, inlassable, jetant l’anathème sur la société bourgeoise, fulminant contre la société, secouant la torpeur de la classe ouvrière... Son seul tort, parfois, c’est d’être un peu long. Mais qu’il me pardonne cette pointe. Si bien des militants, même dans la CGT, apportaient dans la lutte, la même ardeur et le même désintéressement, la jolie société où nous sommes condamnés à vivre aurait ses jours comptés...

*

 

Les Hommes du jour n°14