PARTAGE NOIR

Programme de Radio Libertaire du 3 au 9 octobre 2022

Pour la semaine du 3 au 9 octobre 2022 demandez le programme de #RadioLibertaire 89.4 MHz Paris- #podcasts #RSS #Stream ---> https://buff.ly/3LZGbFC

[BD] Itô Noé - Anarchiste et féministe japonaise [02]

La surveillance permanente de la police les contraints régulièrement à déménager, autant pour des raisons financières que politiques.
Le 24 avril 1921 Itô Noé est conseillère pour la fondation de « Société de la Vague Rouge », la Sekirankai, première association socialiste de femmes japonaises.
Sekirankai défile lors des réunions politiques du 1er mai 1921. Les militantes sont arrêtées. L’article 5 de la loi public interdit aux femmes d’être présentes aux manifestations politiques.
Elles participent en octobre à la propagande socialiste vers l’armée. L’organisation est dissoute par le gouvernement en décembre, huit mois après sa création.
Le 1er septembre 1923 le séisme de Kanto dans l’île de Honshu dévaste Tokyo et Yokohama. 141 720 morts seront dénombrés. Malgré la déclaration de la Loi Martiale, la panique et le chaos causent la propagation de rumeurs insensées. En ville des milices populaires tuent les résidents coréens, chinois ou les Japonais identifiés à tort comme Coréens.
Les polices militaires et civiles Kenpeitaï , Tokkeitai exécutent sommairement des militants communistes, socialistes et anarchistes, pour « pensées dangereuses ».
« L’incident d’Amakasu » eut lieu le 16 septembre 1923. Itô Noé, Ôsugi Saké et son neveu de six ans sont battus à mort, jetés dans un puits par le groupe Kenpeitaï du lieutenant Amakasu.
Ces meurtres à l’encontre d’anarchistes reconnus et d’un enfant émeuvent et mettent en colère les citoyens japonais.
Condamné à dix ans de prison Masahiko Amakasu n’effectuera que trois ans de sa peine.



Sur le web libertaire