Partage Noir

Accueil > Portraits > Paul Robin (1837-1912) > Paul Robin (1837-1912) [Ephéméride Anarchiste]



Paul Robin (1837-1912) [Ephéméride Anarchiste]

Par Ephéméride Anarchiste

CC by-nc-sa

Afin de compléter l’article de Victor Méric, daté de 1910, nous reprenons ci-dessous une courte biographie extraite du site l’Ephéméride Anarchiste.

Le 3 avril 1837, naissance de Paul Robin à Toulon (Var).

Pédagogue anarchiste injustement oublié.

Il participe à la première internationale en Belgique, avant d’être expulsé de ce pays en 1869. Il se réfugie alors en Suisse où il se lie avec Michel Bakounine. Après 10 années passées à Londres, il prend, en 1880, la direction de l’Orphelinat Prévost à Cempuis (Oise). Il y insuffle toute son énergie et met en pratique une pédagogie libertaire tout à fait originale. Fonctionnant comme un internat, plus de 600 enfants y séjournèrent entre 1880 et 1894. L’enseignement y était basé sur l’observation, le développement du sens artistique de l’enfant et la prise en compte de ses désirs. Education physique, manuelle et intellectuelle ; il existait 19 ateliers différents qui donnaient à chacun une formation complète d’un métier (de la boulangerie à l’imprimerie, en passant par la photographie ou la maçonnerie). Ces ateliers procuraient également à l’école une certaine autonomie financière. La mixité était de règle, les enfants étaient emmenés pour deux mois au bord de la mer, chaque été, etc. Mais les attaques répétées contre cette école libertaire finiront par avoir raison d’elle. Paul Robin est révoqué le 31 août 1894. Il prend alors une part très active au combat néo-malthusien, en créant le 31 août 1896, la « Ligue de la Régénération Humaine » et en publiant à partir d’avril 1900, le journal Régénération dont Eugène Humbert sera le gérant de 1902 à 1908.

Fatigué et usé par la vie, Paul Robin se suicidera le 1er septembre 1912.

Cempuis aura une grande influence sur deux autres pédagogues libertaires : Francisco Ferrer et Sébastien Faure.

Laissez l’enfant faire lui-même ses découvertes, attendez ses questions, répondez-y sobrement, avec réserve, pour que son esprit continue ses propres efforts, gardez-vous par-dessus tout de lui imposer des idées toutes faites, banales, transmises par la routine irréfléchie et abrutissante.