Partage Noir

Accueil > Portraits > Mohamed Saïl (1894-1953) > Mohamed Saïl (1894-1953) : « Un appel du groupe anarchiste aux indigènes (...)



La Voix libertaire n°295, 23 mars 1935

Mohamed Saïl (1894-1953) : « Un appel du groupe anarchiste aux indigènes algériens »

Par Mohamed Saïl

CC by-nc-sa

Malgré plus d’un siècle de domination féroce, d’exploitation éhontée, les gouvernants de la « doulce France », l’appétit toujours aiguisé, refusent de vous mettre au rang des humains et ne tolèrent pas que vous puissiez défendre votre droit à la vie.

Cent longues années, pendant lesquelles vous avez vécu une existence atroce sous le joug indifférent des politiciens, se sont écoulées et les promesses de libération que l’on vous a faites si souvent ne servaient qu’à vous faire accepter toujours plus docilement le servage odieux sous lequel on vous maintenait. Vos exploiteurs ne vous considèrent même pas comme des hommes, mais comme des esclaves bons à tout supporter ; ils se servent de vous comme on se sert d’un âne docile que l’on jette à l’abattoir après l’avoir éreinté par les coups et le travail. Ils vous l’ont montré pendant la guerre, quand des milliers d’entre vous ont été emmenés sur les champs de bataille pour tuer d’autres hommes, et nombreux sont les cadavres des vôtres qui ont pourri bien loin de leur bled.

Ils vous le montrent tous les jours, quand ils vous demandent des impôts pour des terres souvent arides et incultes pendant qu’ils ont accaparé par la force toutes les plaines fertiles. Ils vous le montrent quand ils vous refusent le droit syndical et la liberté de penser autrement que vos maîtres du jour. Ils vous le montrent quand, à travail égal, le plus haut salaire de l’indigène est moitié moins élevé que celui de l’Européen, même si celui-ci est un ivrogne ou un abruti.

Et pourquoi toutes ces injustices ? Parce que vous avez la frousse de lutter efficacement pour arracher vos droits, parce que vous restez insensibles ou indifférents à votre propre misère, parce que votre révolte est celle du chien passif qui gueule et ne mord pas.

Vous êtes responsables de la honte dont les gouvernants vous couvrent. Attendez-vous un secours d’Allah, dont la religion vous ordonne la vengeance, et avec qui vous êtes en contradiction puis-que vous êtes soumis à des maîtres infidèles ? Non, n’attendez rien d’Allah, les cieux sont vides, et les dieux n’ont été créés que pour servir l’exploitation et prêcher la résignation. Ne recherchez le salut qu’en vous-mêmes car votre libération sera votre œuvre, ou elle ne sera jamais. Venez vers ceux qui cherchent à libérer l’humanité de tous ses tyrans.

Venez vers vos frères de misère qui, sans distinction de race, lutteront avec vous pour une fraternité et une égalité absolue. Venez dans les syndicats révolutionnaires — la CGT-SR — fréquentez les groupes anarchistes et, face à l’humiliation dont vous êtes victimes, debout pour votre droit à la vie, luttez pour vivre en hommes libres.

En avant pour l’action directe qui libérera l’humanité de tous ces politiciens et de tous ces parasites ! En avant pour le fédéralisme libertaire !

Pour le groupe anarchiste des indigènes algériens : Saïl Mohamed