Partage Noir

Accueil > Portraits > Louis Lecoin et le mouvement anarchiste > Louis Lecoin - Un militant exemplaire [04]


Photo d’un groupe lié à la Fédération communiste anarchiste en 1913

Louis Lecoin - Un militant exemplaire [04]

Par Sylvain Garel

Copyright

Bénéficiant du régime politique, Lecoin commence à étudier l’œuvre des grands théoriciens libertaires. La prison devient pour lui, ce que Jules Vallès appelait, les grandes universités populaires.

Le 19 décembre 1912, avec un co-inculpé Ruff, il est condamné à cinq ans de prison : le maximum. A l’énoncé du verdict ils s’écrient A bas la guerre ! Vive l’Anarchie !

La guerre tant redoutée éclate. Au grand dam des libertaires, la mobilisation se déroule sans problème. Toujours détenu Lecoin reçoit, par l’intermédiaire de Pierre Martin, de pénibles nouvelles. La FCA n’existe plus, la plupart des militants rejoignent leurs affectations ou s’exilent ; seuls une dizaine de compagnons continuent à venir au local du Libertaire. Quant aux chefs de file du mouvement, ils s’opposent sur l’attitude à adopter face à la guerre. Union sacrée ou résistance ? Kropotkine que Lecoin considère comme le meilleur théoricien de l’anarchie [1], a choisi la lutte contre l’Allemagne et signé « le manifeste des seize ». Le mouvement anarchiste ne résiste pas à l’épreuve de la guerre, Lecoin connaît sa première grande déception. Il y en aura d’autres.





[1Louis Lecoin, Le cours d’une vie, déjà cité p. 24.