Partage Noir

Accueil > Portraits > Louis Lecoin et le mouvement anarchiste > Louis Lecoin - Conclusion



Louis Lecoin - Conclusion

Par Sylvain Garel

Copyright

Dix ans après la mort de Louis Lecoin que reste-t-il de son action ? Comment résiste-t-elle à l’épreuve du temps ?

Son nom demeure attaché au statut de l’objection de conscience voté en 1963. Si la loi n’a guère évolué, les objecteurs ont beaucoup changé. Depuis 1968, les croyants ne représente plus qu’une minorité du mouvement. La signature le 2 septembre 1972 du décret de Brégançon par Georges Pompidou aggrave les conditions d’application du statut. En riposte la plupart des objecteurs refusent leurs nouvelles affectations et s’insoumettent au service civil. En septembre 1974 les objecteurs-insoumis fondent les Comités de Lutte des Objecteurs (CLO). Les CLO considèrent que leur combat s’inscrit dans la lutte anticapitaliste et antiétatique et rejettent toute idée de service civil [1]. D’autres refusent toujours le compromis que représente, à leurs yeux, la demande d’un statut permettant d’échapper au service militaire. Choisissant « l’insoumission totale » ils remettent également en cause la pratique de la grève de la faim que Lecoin a grandement contribué à introduire au sein du mouvement antimilitariste [2]. Paradoxalement, plus les réfractaires au service national se rapprochent idéologiquement de Louis Lecoin, plus ils rejettent un statut qu’il a si difficilement arraché et plus ils critiques certaines de ses méthodes.

Les compagnons de combat de Lecoin se retrouvent dans deux associations : l’UPF poursuit la campagne pour le désarmement unilatéral. Les Amis de Louis Lecoin publient un mensuel : Le Réfractaire qui perpétue la plupart des autres combats de Lecoin.

Quant aux mouvements anarchistes ils ne parlent plus guère de Lecoin. Excepté dans des articles historiques où ils glorifient son action. Lecoin est rangé au musée des grandes figures de l’anarchisme, aux côtés de Louise Michel, d’Élisée Reclus et de Sébastien FAURE. Comme eux, par sa personnalité, il a considérablement marqué le mouvement libertaire. Aujourd’hui l’anarchiste possède encore des leaders, mais l’époque des monstres sacrés, qui ont fait la force mais aussi la faiblesse du mouvement, semble révolue.





[1CLO Objecteurs en lutte contre la militarisation, Toulouse 1977 et 1981.

[2Groupe Solidarité Insoumission, Avis de Recherche n°4.