Partage Noir

Accueil > Portraits > Louis Lecoin et le mouvement anarchiste > Louis Lecoin - Introduction



Louis Lecoin - Introduction

Par Sylvain Garel

Copyright

Je suis anarchiste depuis 1905, et si la mort venait bientôt, j’assure que ce serait en anarchiste que je m’éteindrais [1]. Lecoin écrit cette phrase à la veille d’entamer sa grève de la faim pour obtenir un statut pour les objecteurs de conscience. Il a 74 ans. Lecoin, depuis son contact avec l’action politique, s’est toujours affirmé anarchiste. Certains le disaient individualiste, d’autres l’accusaient de réformisme. Mais nul document, nul témoignage ne remettent en cause ses convictions libertaires.

Par contre les rapports qu’il a entretenus, pendant plus d’un demi-siècle, avec le mouvement anarchiste organisé, évoluèrent considérablement au fil des ans. Entre le secrétariat de la Fédération Communiste Anarchiste en 1912 et le splendide isolement des dernières campagnes, quelles différences !

A l’exception d’un article de Maurice Joyeux paru en 1971 [2], personne n’a étudié cet aspect, pourtant essentiel, de la vie de Louis Lecoin. Lui-même, dans son autobiographie [3], ne s’attarde guère sur ce sujet. Restent les sources directes ; elles sont nombreuses : les articles de et sur Lecoin parus dans la presse libertaire, dans sa revue Défense de l’Homme et son journal Liberté. Divers ouvrages sur l’anarchisme nous donnent également de précieux renseignements.


Lire également:       Louis Lecoin - « Militant pacifiste, syndicaliste et libertaire » [01]  



[1Liberté, juin 1962.

[2Maurice Joyeux, La Rue, n°11, septembre 1971.

[3Louis Lecoin, Le cours d’une vie, Paris 1965 (354 pages).