Partage Noir

Accueil > Portraits > Séverine (1855-1929) > Séverine (1855-1929) [01]


Dessin : Aristide Delannoy

Séverine (1855-1929) [01]

Par Victor Méric - Flax

CC by-nc-sa

Une femme dans cette galerie d’hommes du jour ? Pourquoi pas ? Si cette femme a su par son talent, son courage, sa tendresse, son amour des souffrants, sa grande pitié, s’imposer à la sympathie et à l’admiration de tous. Combien d’hommes, d’une notoriété plus ou moins surfaite, parmi ceux que nous avons biographiés jusqu’à ce jour, ont mérité que nous nous occupions de leur pauvre existence autrement que pour leur bassesse, leur solide crapulerie ou leur déconcertant arrivisme ? Rares sont ceux qui ont pu fixer notre bienveillance. Ici nous rencontrons une femme dont la carrière est faite de dévouements secrets, de sacrifices soigneusement dissimulés, de charitables secours ; toute une vie consentie au service des pauvres gens, des humbles, des parias, de ceux qui n’ont reçu ici-bas que le triste apanage des larmes et des douleurs. Et cela dans le mystère le plus discret, sans vaine réclame, sans ostentation. Car il ne faudrait pas croire que Séverine est tout entière dans ses articles et dans son « Carnet ». Son amour immense du peuple n’est pas du simple verbalisme, un prétexte à littérature, un genre bien porté. Ceux qui connaissent Séverine, qui ont pu l’approcher et la suivre, savent que sa tendresse ne se tient point satisfaite pour s’être répandue en deux colonnes de journal. Après avoir écrit, Séverine agit. Son cœur la conduit sur le chemin des misères. Cette âme de miséricorde se penche sur les infortunes, partout où elle les rencontre. Les malheureux trouvent en elle une grande sœur pitoyable, à la voix douce, aux gestes légers, aux mains pleines. Et qui les baise au front, parfois, comme un enfant, une Notre-Dame de Bon-Secours, que son impuissance attriste de ne pouvoir tout secourir, tout relever, tout guérir, à une époque où l’atroce Misère et l’humaine Douleur désespèrent les plus nobles et les plus désintéressés apôtres de l’Amour.