Partage Noir

Accueil > Bandes dessinées > [BD] Mémoires balkaniques 1941-1945 > [BD] Mémoires balkaniques 1941-1945 : Terreur en Croatie [2]



[BD] Mémoires balkaniques 1941-1945 : Terreur en Croatie [2]

Par Cyril

CC by-nc-sa

La Terreur oustacha (1941-1942)

Ultra-catholiques, les Oustachas croates entendent bien liquider la minorité orthodoxe serbe prise au piège dans le nouvel État. Persécutions et massacres de masses poussent vers les maquis montagneux serbes, juifs et croates progressistes.

De même, Ante Pavelic supprime les libertés politiques et syndicales, tout opposant risquant la peine de mort. Les campagnes sombrent alors dans un sanglant chaos, ce dont les nazis eux-mêmes s’émeuvent (la sécurité des troupes d’occupation n’étant plus assurée)... Pavelic, qui ne peut rien refuser à ses amis fascistes italiens, livre enfin une partie du littoral (Dalmatie) à Mussolini. Son crédit s’effondre auprès de la population.

 

L’État oustacha « envahit »... l’Union soviétique (1941-1942)

Dans le cadre de la « croisade » anti-bolchévique décrétée par Hitler, Ante Pavelic décide d’expédier une partie de l’armée croate sur le front russe. Assez peu enthousiastes, harcelés par les Partisans soviétiques, les Croates iront s’engluer dans l’enfer de Stalingrad.

Par la suite, l’armée restera en Croatie où la situation ne cessera d’empirer du fait de la délirante politique de purification ethnique mise en œuvre par les Oustachas.

A gauche, l’aspect pitoyable des troupes croates en Russie...

 

Un bilan épouvantable (début 1943)

De l’aveu même des occupants allemands, le bilan du gouvernement oustacha est proprement épouvantable.

En 1943, les rapports soulignent que 500 000 Serbes ont été tués ; les juifs ont pratiquement disparu de l’État fantoche ; que l’armée, la milice oustacha et la police sont totalement discréditées auprès des populations croates ; que les paysans et les ouvriers sont hostiles au nouveau régime...

A droite, un des prêtres cathos qui participèrent personnellement aux crimes anti-Serbes. Le chapelet et le fusil. Une vieille histoire...