Partage Noir

Accueil > Mexique > Tierra y libertad ! Les anarchistes dans la révolution mexicaine > Tierra y libertad ! (1918-1919)



Tierra y libertad ! (1918-1919)

Par Partage Noir

CC by-nc-sa

1918

  • Janvier, Regeneración continue sa parution malgré la diminution de son nombre de lecteurs et la disparition de nombreux journaux radicaux. La partie « section anglaise » disparaît, Ricardo souhaitait recommencer cette page avec l’aide de sa belle-fille, Lucille Norman, mais ceci ne se fera pas.
  • Le 2 février, Lázaro Gutiérrez de Lara est fusillé par les troupes gouvernementales sur l’ordre de Plutarco Elías Calles (futur ministre et président de la République) durant la répression d’une grève des mineurs à Cananea.
  • Le 16 mars, Ricardo et Librado publient dans Regeneración un « Manifeste aux Anarchistes du monde et aux travailleurs en général » dans lequel ils déclarent que la révolution sociale est proche et que tous les anarchistes avaient le devoir de travailler en vue de cela avec toutes leurs forces et possibilités. C’est la dernière édition de Regeneración.
  • Le 21 mars, Ricardo et Librado sont arrêtés pour le manifeste du 16 mars qui, bien qu’il soit publié en espagnol, leur vaut d’être poursuivis pour espionnage et sédition. La caution pour Ricardo est fixée à 50 000 dollars. Le 22 mars, la compagne de Ricardo, Maria Talavera, et quelques autres camarades sont arrêtés pour avoir informé les membres du PLM de l’arrestation de Ricardo.
  • Le 15 août, Ricardo et Librado sont condamnés à 20 et 15 ans pour sédition. Durant leur procès, le juge déclare au jury : les activités de ces hommes ont été une constante violation de la loi, de toutes les lois. Ils ont violé à la foi la loi de Dieu et celle des hommes. Ils sont conduits au pénitencier de Mc Neil Island (État de Washington) pour purger leurs peines.
1919

  • Avril, Zapata est assassiné sur ordre de Carranza.
  • Novembre, à cause de son état de santé (qui n’a cessé de s’aggraver depuis 1916), Ricardo est transféré à la prison de Leavenworth (Kansas). Son seul moyen d’expression est maintenant les trois lettres qu’on lui autorise à écrire par semaine.