Partage Noir

Accueil > Révolution Française > Les Révolutionnaires de 1789 > Dolivier (Pierre) 1746 - 1817



Dolivier (Pierre) 1746 - 1817

Par Partage Noir

CC by-nc-sa

Curé de la région d’Etampes, très proche des paysans modestes, Dolivier écrit plusieurs brochures en 1789 où perce une critique des riches. Dans Le voeu national... (1790), il s’en prend au système de l’Assemblée constituante et propose une esquisse de démocratie populaire. Il est impliqué dans le meurtre du maire d’Etampes, Simoneau, que les paysans accusaient de protéger les spéculateurs. Dolivier proteste de son innocence mais exige des limites à la spéculation. En 1792 il annonce son mariage et renonce à la religion. En juillet 1793 il publie son Essai sur la justice primitive considéré comme une anticipation du socialisme. Dolivier y échafaude une construction égalitaire basée sur les communes pour répartir la terre entre tous. On retrouve des textes de Dolivier dans les papiers de Babeuf et il aurait été inscrit sur la liste des conjurés ce qui justifie un mandat d’arrêt lancé contre lui.

Plus tard Dolivier devient professeur d’Histoire à l’Ecole Centrale de Versailles jusqu’en 1805 et meurt oublié.

Source : M. Dommanget (Les Enragés, Paris, 1976 et 1987), la deuxième partie du livre est en fait une biographie de Dolivier). P. Dolivier (Essai sur la justice primitive, Paris, 1975).