Partage Noir

Accueil > Thématiques > La politique & la langue anglaise (George Orwell) > [04] La politique & la langue anglaise : Opérateurs ou fausses (...)



[04] La politique & la langue anglaise : Opérateurs ou fausses expressions verbales

Par George Orwell

autre

Ceux-ci épargnent la peine de trouver les verbes et les substantifs appropriés, et en même temps truffent chaque phrase de syllabes superflues qui lui donnent une apparence de symétrie. Voici quelques expressions caractéristiques : rendre inopérant, militer contre, être au contact avec, être sujet à, (...), donner des raisons de, avoir pour effet de, jouer un rôle déterminant dans, se faire sentir, prendre effet, montrer une tendance à, servir le but, etc., etc. La note dominante est l’élimination des verbes simples. Au lieu d’être un seul mot (briser, arrêter, gâcher, réparer, tomber), le verbe devient une tournure complexe, composé d’un substantif ou d’un adjectif, adjoint à quelque verbe de sens très général : s’avérer, servir, former, jouer, rendre. De plus, on préfère partout où c’est possible la voix passive à la voix active, les constructions à base de substantifs aux gérondifs (par l’examen de, au lieu de : en examinant).

L’enchaînement des verbes est encore brisé par l’utilisation des -iser et des dé-, et les énoncés les plus banals reçoivent une apparence de profondeur au moyen de la forme non in-. De simples conjonctions ou prépositions sont remplacées par des expressions telles que : eu égard à, le fait que, à force de, en vue de, dans l’intérêt de, dans l’hypothèse où ; et les fins de phrase sont sauvées de la platitude par des lieux communs du genre : grandement désiré, ne peut être négligé, un développement attendu dans le proche avenir, digne d’attention, mené à une conclusion satisfaisante, etc.