Partage Noir

Accueil > Révolution Française > Mémoires secrets (1789-1792) - Fournier L’Américain > I. La prise de la Bastille (13, 14 et 15 juillet 1789)


La Prise de la Bastille

Anonyme vers 1790



I. La prise de la Bastille (13, 14 et 15 juillet 1789)

Par Fournier L’Américain

Domaine public

13 juillet 1789

Déjà l’on était bien pénétré que le temps était venu de travailler à la conquête de la liberté ; ainsi chacun sentait qu’aucun moment n’était à perdre. Tous les bons citoyens étaient en état de surveillance permanente. L’annonce des dangers avait fait porter le peuple, dès les quatre heures du matin, au Palais-Royal, aujourd’hui le jardin de l’Égalité.

J’y arrivai à cinq heures.

Le peuple délibérait pour la formation des citoyens en corps national armé et pour le choix d’un chef. Ce fut sur moi que ce choix tomba. Dès lors nous nous mîmes en état permanent de service militaire, et chacun de nous appréciant déjà, dans toute leur étendue, les devoirs que lui impose la qualité de défenseur de la liberté, considère que sa tâche n’est plus que de se mettre en perpétuelle opposition contre le despotisme et tous ses satellites.

Je sors du Palais-Royal à la tête de mes frères d’armes. La seule confiance qu’inspire le sentiment de la liberté nous faisait nous considérer comme étant en armes. Nous n’avions encore que des bâtons, de vieilles épées, des croissants, des fourches, des bêches, etc., et c’est dès ce moment que commencèrent les patrouilles. Nous entrons dans la rue Saint-Honoré, et parvenus devant la porte de l’Oratoire, nous arrêtons un cavalier qui portait des paquets à Saint-Denis aux troupes qui y étaient campées. Je fis saisir ces paquets et nous les portâmes à l’Hôtel de Ville.

J’en descendis et, avec l’avis de mes camarades, je fis aussitôt sonner le tocsin. Déjà trop d’indices s’étaient cumulés pour nous faire sentir la nécessité de cette grande mesure. Ce son d’alarme ayant donné l’éveil général dans Paris, ce me fut une conquête aisée que celle de m’emparer de plusieurs corps de garde occupés par des soldats encore au compte des despotes, mais dont le cœur était déjà gagné à la nation. Presque tous vinrent s’unir à moi et grossir ma troupe ; elle s’augmenta spécialement de tous les braves du corps de garde de la pointe Saint-Eustache et de celui des gardes françaises de la rue de la Jussienne.

À trois heures, nous nous sommes ralliés à l’église Saint-Eustache et j’y fus proclamé commandant à l’unanimité. Mon corps se montait le même soir à huit cents hommes [1], lorsque nous nous emparâmes à la nuit tombante de la salle des francs-maçons, rue Coq-Héron, où j’établis mon corps de garde.

14 juillet 1789

La chaleur de la liberté était montée au plus haut point du thermomètre. Tous les esprits se trouvaient animés de son feu divin. Le peuple était parvenu à acquérir le sentiment de la souveraineté, et il ne voulait pas tarder davantage à montrer aux despotes qu’il était capable d’en prendre l’exercice.

J’avais senti avec tous les bons patriotes que le moment de livrer combat était arrivé. Il fallait s’y préparer par toutes les dispositions nécessaires. Je vais à la Ville avec un détachement nombreux pour demander des munitions ; on m’en refuse. Le scélérat Flesselles, prévôt des marchands, et ses échevins n’avaient pas un système qui s’adaptât à nos projets de révolution. L’indignation que leur procédé excite en moi m’aurait peut-être porté à des mouvements sinistres, si je n’eusse éprouvé une diversion par des cris : À la Bastille ! qui tout à coup vinrent remplir la place de Grève et tous les environs de la Maison de Ville. Je cours avec mon détachement à la Bastille, je me place près du pont-levis, du côté des cuisines : on jugera que je n’étais pas dans l’endroit le moins périlleux, quand j’aurai appris que deux citoyens à mes côtés furent blessés à mort, que deux jeunes gens de douze à quinze ans y eurent chacun un bras percé d’une balle, et que moi-même je fus légèrement blessé à la jambe droite.

J’aperçus que, sans munitions, sans armes, nous étions dans la situation de ne pouvoir opposer qu’une bonne volonté inutile et que nous péririons tous l’un après l’autre sans rien gagner sur nos ennemis. Alors je jugeai que c’était déjà trop de sang versé sans fruit et qu’il ne fallait pas laisser plus longtemps des braves gens exposés en vain.

J’arrêtai une double mesure, celle de faire transporter mes blessés à l’Hôtel de Ville et celle d’y retourner moi-même pour montrer les dents aux traîtres municipes d’alors et en obtenir, bon gré mal gré, des munitions.

Je trouvai à la Ville l’infâme Flesselles et l’intrigant Lasalle. Je les forçai de me délivrer dix livres de balles et six livres de poudre ; ce fait est constaté par les procès-verbaux de l’Hôtel de Ville, on peut y vérifier que c’est moi qui m’y suis fait délivrer des munitions le premier et qui de suite en ai fait délivrer à deux ou trois autres personnes à peu près même quantité.

De ce moment, mes vues sur le plan d’attaque de la Bastille s’étendirent. Je n’eus pas de peine à concevoir que les secours que je venais d’obtenir étaient trop faibles pour mettre à portée de faire avec avantage le siège de la forteresse. J’avise donc à de plus grands moyens. Je descends sur la place de Grève ; là, ma sensibilité est mise à l’épreuve par le spectacle de mes blessés que je retrouve et que personne n’a encore songé à secourir. Après avoir pourvu à ce qu’ils soient transportés à l’hôpital, je distribue mes munitions aux citoyens de mon commandement qui avaient des fusils et je les renvoie à la Bastille pour garder, en attendant mon retour, une grosse pièce de canon déjà saisie par mes frères d’armes à l’arsenal.

Je poursuis aussitôt l’exécution du plan que je viens de dire avoir conçu de procurer de grands moyens de vaincre. Je cours à la tête de mes braves aux Invalides ; nous y pénétrons sans éprouver de résistance notable ; sans doute, ce fut moins le patriotisme que la peur qui détermina l’état-major des Invalides à ne point montrer une grande opposition, lorsque les citoyens se présentèrent chez eux.

Les officiers de cette maison firent cependant preuve de dispositions bien équivoques, lorsque je leur demandai des armes, et qu’ils répondirent n’en point avoir. Il fallut leur en arracher. À la suite d’une perquisition très exacte, nous découvrons dans une cave 1 800 fusils que je fais distribuer tant à mon corps qu’à d’autres citoyens. On sait que ce n’était là qu’une partie des armes des Invalides, et qu’il y fut pris en tout, ce jour-là, trente-deux mille fusils.

Je me transporte dans un magasin où je suis instruit qu’il y a des munitions ; nous y prenons plusieurs barils de poudre. Je me reconnais dès lors un peu plus en état de me présenter devant l’antre fameux du despotisme.

Dans les grands moments de crise, il est bien avantageux de songer à tout. Je ne devais pas perdre de vue l’ordre intérieur : c’est pourquoi je détachai une partie de mon monde pour l’envoyer faire le service au corps de garde de la rue Coq-Héron. Avec le surplus, je me rendis de nouveau à la Bastille. C’est en y faisant notre entrée victorieuse que nous aperçûmes les premières véritables lueurs de la liberté.

Je ne participai en rien à la conduite qui fut faite de De Launey à l’Hôtel de Ville [2]. Je restai à la Bastille avec mes frères d’armes pendant toute la nuit, pour assurer dans ces premiers moments la conservation de notre intéressante conquête.

15 juillet 1789

A la pointe du jour, je me rendis à mon corps de garde où j’ai rassemblé une grande force armée, composée d’un nombre considérable de citoyens ensemble, de gardes-français, gardes-suisses, etc. Je revins avec ce renfort à la Bastille. J’avais senti la nécessité d’avoir ce renfort pour lever les obstacles qui s’opposaient à ce que les patriotes achevassent ce que la veille ils avaient si heureusement commencé.

On avait bien ouvert la plupart des cachots le 14 ; on avait délivré les prisonniers qui s’y étaient trouvés ; mais la précipitation et l’étourdissement avaient été le résultat nécessaire de la scène extraordinaire qui s’était offerte. Plusieurs cachots s’étaient dérobés à l’exactitude des recherches du même jour 14 ; découverts le 15, j’en avais requis l’ouverture. Des hommes, sous le nom de députés de l’Hôtel de Ville, s’y opposaient. Étonnante chose que, le lendemain d’un jour où le peuple français avait déployé tant d’énergie, des esclaves eussent osé vouloir faire rétrograder la Révolution ! J’entre ; je fais occuper tous les postes par ma troupe ; je demande aux prétendus députés leurs pouvoirs ; je demande également les clés des cachots qui restent à ouvrir : on me refuse tout. Je prends le parti de faire rompre et briser toutes les portes de ces affreuses demeures sépulcrales, où nous nous attendions de trouver encore quelques victimes enterrées vives. Personne n’habitait plus ces sombres et infernaux séjours ; mais des chaînes, et autres instruments de supplice qui s’offrirent à notre vue, nous apprirent que c’était là où les malheureux que l’on voulait conduire à la mort par de longues souffrances expiaient des actes sans doute vertueux aux yeux de la raison, mais qui, aux yeux du despotisme, étaient les derniers des crimes.

Trois mesures importantes me restaient à suivre à la Bastille pour assurer à la nation tout l’avantage qu’elle pouvait tirer de sa conquête. J’en dirigeai l’exécution avec toute l’exactitude qu’un zèle sans bornes peut inspirer.

La première de ces mesures consista à déloger tout le canon de la Bastille pour en armer Paris : mes frères d’armes, ainsi que moi, nous en fîmes la distribution dans tous les districts.

La seconde mesure était de mettre dans un sûr dépôt une quantité immense de papiers dans lesquels il devait se trouver de quoi transmettre à la postérité l’histoire complète des grands forfaits du despotisme en France, afin de léguer à nos neveux, avec la liberté consolidée, une perpétuelle horreur et un sentiment durable de défiance contre le retour de la tyrannie.

Nous fîmes charger quatre voitures de ces papiers, que nous avions réunis tant dans des cartons que dans des caisses, et nous les déposâmes à l’Hôtel de Ville.

J’observe que ce n’était encore qu’une partie des papiers de la Bastille. Le peuple, avide de pénétrer dans les horribles secrets du despotisme, en avait fait la veille un très grand gaspillage. J’ai de Manuel [3] une lettre par laquelle il m’avait annoncé que le dépouillement serait fait de cette partie déposée à la Ville, et que cet extrait des atrocités de la tyrannie recevrait la publicité la plus complète. J’ignore pourquoi rien n’en a été fait. Mais Manuel m’a appris à le connaître : il a eu apparemment ses raisons de cacher au peuple les monstrueux secrets du despotisme. Et pourquoi le Conseil général de la Commune ne met-il pas au rang de ses devoirs de les dévoiler ? Ces horribles mystères appartiennent au peuple. Comme citoyen, comme membre du peuple, je somme, au nom du peuple, le Conseil général de lui donner connaissance de ce dépôt horrible et précieux.

Enfin, la dernière mesure fut de désespérer l’aristocratie, qui pouvait croire à une nouvelle résurrection, et de lui montrer la volonté ferme et constante du peuple français, en prévenant la réédification du monument honteux de la barbarie des rois.

Mes harangues au peuple, pour l’engager à se livrer à la démolition de la Bastille, eurent un prompt effet. Un peuple disposé aux révolutions pour la liberté est très docile aux conseils d’exécution qui lui sont donnés pour tout ce qui lui paraît tendre à le faire arriver au but.




[1Selon l’historien G. Rudé, le nombre de participants était très inférieur.

[2La tête du gouverneur de la Bastille fut promenée au bout d’une pique.

[3Louis Manuel (1751-1793), officier municipal de Paris. Mouchard de la police d’Ancien Régime, Manuel fit disparaître les preuves de son passé, ainsi que d’autres papiers de la Bastille compromettants pour ses amis.